Dropshipping & marketplaces : quelles différences ?

Cet article de blog vous propose de comprendre comment différencier le dropshipping et la vente sur les marketplaces.

L’objectif est de dissiper cette confusion entre ces deux modèles, de décrire succinctement les différences et de montrer comment ces-derniers fonctionnent de façon complémentaire.

1 minute pour comprendre le dropshipping & les marketplaces

Le dropshipping peut s’expliquer simplement : une partie vend un bien et une autre partie (généralement un fabricant ou un grossiste) livre le bien au nom du vendeur.

Le client se procure le produit auprès du fabricant ou du grossiste, mais toutes les identifications sur le colis et les étiquettes d’expédition de retour portent les logos et les coordonnées du détaillant.

Ensuite, le colis provient directement du vendeur auprès duquel le client a effectué son achat.

Concernant les places de marché, une partie vend un produit et une autre partie achète. Le client reçoit le produit avec l’ensemble des identifications du vendeur sur le colis. Il pourra retourner le colis au vendeur tiers directement.

Quelles sont les grandes différences entre dropshipping et marketplaces ?

Pour les détaillants, le dropshipping permet traditionnellement de vendre des articles qui sont encombrants (appareils électroménagers par exemple) et qui ne correspondent pas aux capacités d’envoi du détaillant.

Une grande partie de la confusion autour du dropshipping et de la vente sur les places de marché provient du fait que certains vendeurs sur les marketplaces (ceux qui sont des vendeurs tiers) peuvent utiliser le dropshipping comme méthode logistique.

Pour examiner les différences réelles entre les marektplaces et le dropshipping, il est préférable de prendre le point de vue d’un détaillant.

Avec une place de marché, un détaillant permet à des partenaires tiers de confiance de vendre ses produits sur sa plateforme. Le détaillant utilise essentiellement son site pour mettre en relation les acheteurs et les vendeurs. Lorsque la vente est réalisée, le vendeur tiers est censé expédier le produit et fournir le service client nécessaire. Lorsque le client reçoit le produit, la marque sur l’emballage et les coordonnées sur le bordereau de retour sont celles du fournisseur.

Tout cela ressemble à du dropshipping, mais il y a quelques différences essentielles :

  • La comptabilité. Un détaillant utilisant le dropshipping obtiendra l’intégralité des recettes des marchandises vendues, mais enregistrera également tous les coûts. Un détaillant qui utilise une place de marché n’aura aucun coût concernant la marchandise vendue. Il n’aura qu’à prêter attention aux commissions de la plateforme de vente.
  • Engagement de ressources. Un détaillant utilisant le dropshipping devra engager des ressources importantes. Il devra savoir comment fixer le prix du produit, comment en assurer le SAV, et il devra probablement s’engager sur un certain volume de ventes. Avec une marketplace en revanche, le détaillant ne s’engagera pas à fournir de ressources et prendra simplement une commission sur les ventes. Sur les places de marché, il est possible de vendre très rapidement. la mise en place du processus est facilitée.
  • L’image de marque. Dans le cas d’un modèle de dropshipping, la marque est celle du détaillant, tandis que les vendeurs sur les places de marché utilisent leur propre marque.

Par conséquent, le dropshipping a tendance à être le choix logique pour un ensemble plus restreint de produits. Alors que le modèle des places de marché est celui qui semble le plus intéressant lorsque l’on veut vendre « loin », en grand nombre et rapidement.

Quels produits vendre en dropshipping et lesquels vendre sur les marketplaces ?

Le dropshipping a du sens pour les produits de base qui doivent porter la marque du détaillant et qui ne sont pas faciles à stocker et à expédier. Ce système est aussi intéressant pour les produits pour lesquels les équipes d’achat peuvent négocier des remises plus importantes.

Les places de marché sont plus intéressantes par exemple lorsque vous avez différentes versions d’un produit de base à vendre (assortiment profond). Ou lorsque vous souhaitez tester le marché pour de nouveaux produits (nouvelles catégories).

Alors, cela vous semble plus clair ?

guilhem
guilhem
Fondateur de la solution iziflux et PDG de l'agence cibleweb J'interviens dans le ecommerce depuis plus de 15 ans
Simple Share Buttons